Ficus carica, l’ami qu’il te faut dans les temps troublés

FICUS CARICA, l’inspiration du figuier

òc la figuièra ; all. der Feigenbaum

Voilà un bon moment que j’avais le projet d’écrire sur mon généreux ami le figuier. Vaste programme, tant cet arbre est riche au niveau symbolique, mais aussi par ses bienfaits ! Je vous le confirme tout de suite : c’est un arbre merveilleux !!

DSC_2277… enfin, un arbre, pas si sûr : Gérard Ducerf le décrit comme l’évolution de la liane à l’arbuste, sans être ni l’un, ni l’autre. Son biotope d’origine est la forêt, mais il colonise les falaises et les sols rocheux.  « Le figuier est un espace intermédiaire, un point de passage »

DSC_3319Et c’est bien ce que nous allons en retenir au niveau symbolique. Dans l’Antiquité grecque, c’est une plante sacrée, dont le fruit représente un « symbole d’initiation à une vie meilleure », dixit Fournier. Vénéré par les romains, il représente la fécondité ; chez les hébreux il est relation avec le désir. Comme le frêne chez les celtes, il fait le lien entre la Terre et le Ciel. On dit souvent aussi que Bouddha aurait reçu l’illumination à l’ombre d’un figuier : passage spirituel, accès à la réalisation divine…

Je vais passer sur sa description, on le reconnaît facilement, et sur sa fécondation qui est une vraie Aventure (au sens de la Quête), impliquant un petit hyménoptère du doux nom de blastophage : il faut se garder des défis pour les jours pluvieux 😉

DSC_1639
coupe d’un réceptacle floral

D’ailleurs, question pour plus tard, où sont les fleurs du figuier?

Les feuilles, les fruits et le latex du figuier sont connus et utilisés depuis l’Antiquité. Dans les campagnes tout le monde sait que l’on peut appliquer le latex sur les verrues et les cors (même usage que la chélidoine). Ce que l’on sait moins en revanche, c’est que ce latex contient un ferment très proche du suc pancréatique, capable de (pré)digérer la fibrine : on peut employer ce latex pour attendrir les viandes et comme présure pour le lait ! On retrouve d’ailleurs ici la fonction de transformation du figuier, arbre du passage d’un état à un autre.

DSC_3049Les feuilles (séchées en décoction) et les fruits sont expectorants et émollients, on pourra les utiliser dans les bronchites et les toux irritantes. Bonus, les feuilles ont un effet anti-diabétique (en accompagnement de traitement) : elles s’opposent à un excès de sucre dans le sang et régulent les triglycérides. Quant aux fruits (ce que nous prenons pour le fruit et qui est en fait le réceptacle floral, mais je n’en dirai pas plus, le blastophage me surveille) : la figue est un aliment extraordinaire par sa richesse en vitamines et en minéraux, idéale pour se préparer à l’hiver.

Sèche, elle contiendra plus de sucre. Elle est nutritive mais aussi adoucissante et laxative. Elle fait partie des fruits pectoraux, aux côtés de la datte, des jujubes et des raisins secs.

Les utilisations du figuier ne se résument pas si vite ! C’est là le moment de vous parler de ma grande passion, la gemmothérapie (drumroll, please !) Sans entrer dans les détails, la gemmothérapie repose sur la forme galénique du Macérat Glycériné, c’est à dire une macération de bourgeons, de jeunes pousses ou de radicelles dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine végétale.

Cette préparation concentre les propriétés de toute la plante, toutes parties confondues, et les amplifie. C’est tout le potentiel de l’arbre dans un flacon. On retrouve bien sûr les indications liées au système digestif : le MG de bourgeons de figuier est un draineur de l’estomac et un grand cicatrisant des ulcères de l’estomac, surtout ceux d’origine nerveuse, il aide dans tous les troubles de l’estomac (dysphagie, hernie hiatale, reflux, vomissement, nausée), et au niveau intestinal améliore les colites et l’aérophagie. À mi-chemin entre le digestif et le psychique, il régule l’appétit, en particulier la boulimie, par son action sur l’axe cortico-hypothalamique, et régule les sécrétions gastriques. Il agira dans tous les désordres nerveux en tant qu’anxiolytique et sédatif neurosensoriel : épilepsie focale post-traumatique, traitement des hématomes intracrâniens même anciens (action circulatoire), spasmophilie, certaines palpitations et tachycardies, ainsi que certaines migraines et céphalées liées au digestif. Au niveau psychosomatique, il améliore les dépressions, les névroses et obsessions diverses, la SEP, tous les phénomènes de somatisation (comme s’il aidait à digérer aussi le matériau émotionnel et psychologique du quotidien). Il est efficace sur les enfants diagnostiqués (abusivement ou non) comme hyperactifs et constitue une alternative à la ritaline. Il contribue à diminuer les addictions tant physiques que psychosomatiques. Il agit sur les phénomènes nécrotiques de la peau, y compris l’eczéma.

DSC_1514
Mise en macération des bourgeons de figuier

Et, ce qui concernera presque tout le monde, c’est un excellent inducteur de sommeil, calmant l’excès de pensées et les cauchemars, en particulier chez les personnes qui ont tendance à ruminer leurs soucis (attention, possible aggravation temporaire en début de traitement!!). Il semblerait même que le MG de figuier débloque et libère la fonction onirique ! Si les insomnies sont liées à des réveils nocturnes, on lui associera le MGC de Tilleul.

 

DSC_1615
futures figues et jeune feuille

En élixir floral (même préparation que les Fleurs de Bach), il permettrait selon Gégé d’accéder à la spiritualité, tandis que les laboratoires Deva parlent plutôt de remède de la perte de contrôle (comme Cherry Plum chez Bach), de la peur envahissante et des pensées confuses.

Et puis bien sûr pour le côté réel, rien n’égale la confiture de figues !!! Ça, c’est Yin 😉

DSC_3298

Un quicòm me tafura : perqué, alara, se ditz « montar sus la figuièra » per dire que sèm colèra ? Un rapòrt amb fètge/ficus, qu’es lo sèti de las emocions e que dèu (di)gerir las frustracions ? E tè, aquò me far pensar que tanben empr’aquí se ditz  » se levar lo parpalhon del fètge » per quicòm que te va dispersar la melanconiá, la laganha, lo borbolh…. De ligams, n’i a ben de’n  pertot!

Bibliographie : Franck Ledoux, Philippe Andrianne, Paul-Victor Fournier, Nathalie Clot-Havond, Gérard Ducerf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s