Agrimonia eupatoria, une herbacée à goût d’abricot qui voyage comme un animal

Les plantes nous entourent, nous les rencontrons partout, tous les jours, même en ville, même dans les endroits en apparence les plus industrialisés, rond-point, friches, chantiers, bord de route, parking, trottoirs… Nous sommes nombreux à nous en étonner ou à nous en réjouir lorsque nous les reconnaissons. Comme des amis de longue date, les plantes sauvages habillent le béton, profitant de la moindre anfractuosité pour reverdir la grisaille.

Adolescente, j’aimais beaucoup observer les jeux de lumière et de couleur dans les végétaux, n’importe lesquels, platanes, plantes ornementales des plantes-bandes municipales, et vaillantes sauvages dont je ne connaissais pas le nom.

Un peu de magie végétale

Lorsque je m’y suis penchée de plus près, je me suis aperçue que je rencontrais partout la plante dont je venais d’apprendre le nom, y compris dans mes bancels, alors que je ne l’y avais jamais remarquée jusque-là. Comme si le fait d’avoir fait connaissance d’une plante la faisait apparaître partout où se pose le regard.

C’est ainsi que je me suis attachée à l’aigremoine. Un jour, elle s’est révélée à mes yeux, et depuis, mon cœur bondit partout où je la découvre. Jouerait-elle à cache-cache ?

DSC_5475

Elle préfère les sols profonds et riches, assez ombragés, les lisières de forêt, les fossés, les haies, mais elle peut profiter d’un creux de terre accumulée sur les hauteurs, les plateaux, les pentes de montagne.

DSC_3187

Discrétion assurée !

Les feuilles composées alternativement de folioles allongées et de folioles rondes et plus petites, sont dentées et velues, vert clair. Elles ont des stipules – comme de petites oreilles – qui embrassent la tige rougeâtre.

DSC_9844

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La plante se dresse au fur et à mesure de sa croissance et va donner en été des épis raides de petites fleurs jaune vif, mat.

DSC_3355

L’ensemble peut mesurer jusqu’à 40 ou 60 cm de haut, suivant la richesse du sol. Comme pour la benoite (Geum urbanum) ou la verveine officinale (Verbena officinalis), dans une prairie, seuls les épis dépassent. Il faut avoir l’œil pour la remarquer. Les fleurs ressemblent beaucoup aux fleurs de fraisier ou de potentille. De la famille des Rosacées (rose, fraisier, potentille, benoite, aubépine, prunelier etc.), elles sont composées de 5 pétales libres. L’ovaire est infère : il est sous la fleur, bien protégé.

Gafaròt

Le fruit de l’aigremoine est des plus intéressants : les akènes sont contenus dans un calice hérissé de crochets. Pour rappel, un fruit correspond à l’ovaire de la fleur après fécondation, alors que la graine correspond à l’ovule. L’akène est un fruit sec indéhiscent, c’est à dire qu’il ne s’ouvrira pas à maturité. Par exemple, les fruits de fenouil, vaguement appelés semences en herboristerie, sont des akènes (et non pas des graines). Ce sur quoi on souffle pour faire un vœu chez le pissenlit sont aussi des akènes, mais ornés d’un plumet qui leur permet de s’envoler.

DSC_5631
En bas le calice hérissé de crochets, au-dessus une coupe longitudinale qui permet de voir les akènes (membrane jaune) et les graines (matière blanche)

 

Zoochorie

Ce calice hérissé de crochets, qui s’agrippe aux mammifères, s’accroche à leurs poils ou à leurs chaussettes, veut voyager. C’est une plante qui profite des animaux pour se déplacer. En occitan, on leur donne le nom de gafaròts, que l’on utilise aussi pour la plante et les fruits du gaillet gratteron, une autre plante agrippante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Anthropochorie volontaire

Ce terme a été inventé par Claude Marco, co-auteur du livre sur les salades sauvages, des Écologistes de l’Euzière. Depuis 2017, il encourage les stagiaires à récolter et semer eux-mêmes les akènes et les graines des salades sauvages. C’est donc le transport (chorie) des semences par l’Homme (anthropo).

Levée de dormance

Tous les amateurs de plantes médicinales s’y sont déjà essayés, et se sont aperçus que les résultats sont plus ou moins bons en fonction des espèces – et de leurs conditions de levée de dormance, c’est à dire des conditions climatiques (humidité, température, coup de froid) et géologiques (PH, richesse, nature du sol) qui favorisent la germination. Certaines espèces germent facilement après le passage d’un incendie par exemple, comme le pin d’Alep ou le ciste cotonneux. Si on veut les reproduire de manière volontaire, on peut les passer au four pendant quelques instants. D’autres graines on besoin d’éprouver le gel : les températures basses suivies de tiédeur informent les graines d’échinacée que le printemps arrive. On peut les passer au congélateur mélangées à du sable, dans un sachet.

DSC_5483

Jardin en mouvement

J’ai essayé plusieurs méthodes pour semer de l’aigremoine, jusqu’ici aucune n’a donné de bons résultats. Ce qui a le mieux fonctionné, a été de la laisser se débrouiller. Les recherches continuent : je n’ai pas dit mon dernier mot !

En attendant je fauche une fois que la plante a fructifié. Et elle sort là où ça l’arrange, façon Gilles Clément, plutôt à l’ombre quand même.

DSC_3186

Déguster pour faire connaissance

J’ai pris l’habitude de goûter ce que je récolte en frais, au moment de la cueillette. Après avoir dûment identifié la plante, bien sûr ! Il me semble important d’utiliser tous ses sens pour connaître notre environnement. Nos organes des sens sont aussi des capteurs chimiques : nous pouvons travailler notre odorat et notre goût pour appréhender la composition chimique d’une plante.

En Médecine Chinoise, on se sert beaucoup des saveurs (douce, amère, acide, salée, piquante) et de la nature (froide, chaude, Yin, Yang etc.) pour un usage affiné et subtil de la pharmacopée.

Élargir la description botanique

Les descriptions botaniques très précises que l’on trouve dans les flores reposent majoritairement sur l’observation visuelle de la plante. Quelquefois il est fait mention d’un parfum, très rarement d’un goût. Pourtant, on imagine bien que la découverte des végétaux au cours de la Préhistoire et ensuite s’est faite aussi avec le goût. Un goût amer prononcé est par exemple annonciateur de danger. C’est ce qui nous fait recracher les amandes amères.

Au contact d’enzymes contenus dans les sucs digestifs, l’amygdaline se transforme en acide cyanhydrique – très toxique – et en benzaldéhyde, dont l’arôme nous alerte immédiatement.

DSC_5473
Elle a un peu le port d’une autruche, vous ne trouvez pas ? 😉

L’infusion à froid

Certaines plantes perdent leur arôme au séchage. L’aigremoine est réputée en faire partie. Délicieuse fraiche, avec son goût qui rappelle l’abricot, elle serait décevante une fois séchée.

Pour les ateliers de dégustation de tisane, je fais en général des infusions à froid, entre 30 minutes et 12 heures. Cela permet de limiter l’extraction des tanins, et donc de ne pas cacher les autres arômes, plus légers.

L’aigremoine sèche donne une très bonne tisane froide à condition de laisser infuser longtemps, 12 heures et plus. On retrouve bien le parfum d’abricot, et même un léger parfum de cerise. La couleur est dorée, lumineuse, légère. Comme quoi, avec de la douceur, on fait des merveilles 😉

20191021_142119
Agrimonia eupatoria, plante entière sèche

Une herbe de bonne fame

Connue comme médicinale depuis l’Antiquité, l’aigremoine est aujourd’hui encore utilisée pour ses propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieuses.

Riche en tanins, en flavonoïdes (molécules colorées et anti-oxydantes) et en silice, on peut l’utiliser comme astringente, antimicrobienne, antivirale et cicatrisante en cas d’angine, de diarrhée, mais aussi de plaie qui cicatrise mal (plaie variqueuse : compresses de macération d’aigremoine dans du vin rouge).

Elle permet de faire baisser les transaminases et les triglycérides, et joue donc un rôle comme hépato-protectrice et adjuvante des régimes pour les diabétiques.

Fournier mentionne quant à lui le fait qu’on aurait retrouvé de grandes quantités de fruits d’aigremoine dans les stations néolithiques. Comme réserves de nourriture ou comme remède, nous n’avons pas la réponse.

Élixir floral

Solarisée selon la méthode du Dr Edward Bach, elle aide les personnes qui dissimulent une grande tension intérieure sous beaucoup de jovialité et d’humour à exprimer leur difficultés de manière sincère.

DSC_0196

Sources

http://www.wikiphyto.org/wiki/Aigremoine

Traité de Phytothérapie Aromathérapie Gemmothérapie, Dr Jean-Michel Morel, Grancher, 2017.

Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Paul-Victor Fournier, Omnibus, 1947. 2010.

La phytothérapie, Jean Valnet, Vigot 2001.

Secrets d’une herboriste, Marie-Antoinette Mulot, éd. Dauphin, 19e édition 2007.

250 remèdes naturels à faire soi-même, Claudine Luu, Terre vivante 2016.

Œuvres complètes, Dr Edward Bach, Macro Éditions, Nouvelles Pistes thérapeutiques, 2013.

Manuel complet des quintessences florales du Dr Edward Bach, Mechthild Scheffer, Le courrier du livre, Die original Bach-Blüten Therapie 1999. 2014.

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lejardinki dit :

    que de richesses dans cet article!!!!j’ai l’impression d’ouvrir une malle de botaniste, de chimiste, de photographe, de cuisinier, de grand-mère, d’enfant-qui-s’émerveille, vraiment merci!

    Aimé par 1 personne

  2. aj83250 dit :

    Absolument superbe, tant la plante que la description que vous en faites. On sent votre passion, et vos connaissances dans chaque phrase. Je redécouvre l’aigremoine qui jusqu’ici ne m’avait pas spécialement tapé dans l’œil. Je considérerai désormais cette plante différemment grâce à vos belles précisions. Un grand bravo et merci pour cet article.
    Bien cordialement
    Benjamin

    Aimé par 1 personne

    1. lo gafaròt dit :

      Merci à vous, je suis contente si je vous fait voir l’aigremoine d’un autre œil

      J'aime

  3. Agnès dit :

    passionnant ! merci pour ce bel article.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s